PROJET D'ÉVALUATION

Préambule

Notre projet d’évaluation a pour objectif de préciser et définir les modalités d’évaluation dans le cadre du contrôle continu pour le baccalauréat général et technologique afin de garantir une équité entre les élèves, dans le respect de la liberté pédagogique de chaque enseignant.
Il s’intègre dans le projet d’établissement et s’appuie sur le règlement intérieur.
Les principes communs présentés ci-dessous ne peuvent faire l’objet d’une dérogation.

Axes du projet d’évaluation

1. Les objectifs généraux et les principes communs en référence au cadre réglementaire

Les élèves sont informés oralement des savoirs évalués et des visées de chaque type d’évaluation : diagnostique (tests de positionnement...), formative (acquisition partielle de méthodes ou de connaissances…), sommative (évaluation bilan de fin de séquence), et certificative (évaluation dans le cadre du contrôle continu).

En cohérence avec le règlement intérieur de l’établissement, les mesures suivantes seront appliquées :

En cas d’absence justifiée à l’une de ces évaluations (appel de la famille, certificat médical, documents officiels pour raison personnelle, stage statut « sportif de haut-niveau »), un seul créneau de rattrapage est proposé un mercredi après-midi.
Pour rappel, aucun rendez-vous ne peut être pris sur un temps de cours ou de devoir en référence à l’article 2.1 du règlement intérieur.

En cas d’absence injustifiée, l’élève est crédité d’un 0. Il appartient alors à chaque enseignant de proposer ou non une nouvelle évaluation pour déterminer les compétences acquises.

En cas de fraude avérée, l’élève est crédité d’un 0 et d’une demi-journée d’exclusion conformément au titre 7 du règlement intérieur.

La mise en cohérence entre les différentes disciplines et l’exploitation des résultats de l’évaluation relèvent du conseil de classe (bulletins, livret scolaire, informations portées dans le dossier Parcoursup, informations prises en compte par le jury du baccalauréat).

Cette organisation assure la représentativité des compétences de l’élève et entérine les moyennes.
Sont également présents aux conseils de classe ; le chef d’établissement et la cadre éducative de vie scolaire qui apportent leur regard complémentaire (savoir vivre au sein de l’établissement, implication de l’élève dans sa globalité) ; les représentants des parents et élèves (à titre consultatif).

2. Les formes d’évaluation

L’évaluation formative peut donner lieu à une note prise en compte dans la moyenne si elle concerne tous les élèves de la classe et qu’elle amène à une remédiation. Elle peut prendre différentes formes (orale, écrite, …) à coefficient moindre par rapport à une évaluation sommative.

L’évaluation des connaissances du cours, qui sont la base de toute réflexion, est indispensable pour acquérir des capacités et des compétences : sa place doit donc être significative mais pondérée par des coefficients afin que la moyenne reflète le niveau réel de l’élève.

L’évaluation des compétences expérimentales s’inscrit dans la mise en œuvre des connaissances et compétences des disciplines concernées.

Les compétences orales (langues vivantes, Grand Oral) sont évaluées à partir des grilles d’évaluation en annexe des programmes. L’évaluation peut se faire sous forme de restitution des connaissances, exposés, oraux blancs et le cas échéant participation orale.

Les autres formes d’évaluation (collectives, autoévaluations, évaluations par les pairs) peuvent être des outils formatifs complémentaires qui occupent une place limitée dans le paysage de l’évaluation globale.

Les progrès des élèves sont pris en compte dans l’appréciation portée sur le bulletin scolaire, le livret scolaire et sur PARCOURSUP.

3. Les modalités de l’évaluation

Cet axe du projet d’évaluation aborde plus spécifiquement la forme des évaluations et les situations où sont placés les élèves lorsqu’ils sont évalués.

Différentes modalités d’évaluation peuvent être proposées aux élèves :

Les évaluations personnelles du professeur écrites et orales sont celles qui restent majoritaires et régulières.

Les évaluations communes sont ponctuelles et organisées selon un planning établi en amont de chaque semestre par les responsables de niveau. Ce planning est communiqué à l’équipe enseignante pour validation. Il est ensuite transmis aux élèves.
Pour les épreuves type bac, des échanges de copies entre correcteurs peuvent être envisagés pour harmoniser les pratiques et les évaluations.

Certains travaux réalisés à la maison à la demande de l’enseignant peuvent être prise en compte dans la moyenne de l’élève et ce, dans la mesure où ces travaux renseignent sur la progression pédagogique de celui-ci et attestent de son assiduité au travail. Dans le cas d’un travail noté non rendu, l’enseignant applique les mesures qu’il juge nécessaires.

Pour assurer l’égalité de traitement des élèves, les évaluations ne peuvent être personnalisées ou individualisées, exception faite des élèves aux besoins éducatifs particuliers (PAP, PAI et GEVASCO) sans automaticité.

Dans certains cas et circonstances exceptionnelles, une remédiation peut être envisagée de façon à construire une réflexion autour des erreurs de l’élève.

Pour chaque évaluation, la communication des résultats se fait individuellement en classe et est transmise aux parents par le biais d’Ecole directe.

4. Les critères d’évaluation adossés au guide et aux programmes

Pour plus de transparence, les critères d’évaluation sont présentés comme suit :

  • rappel des compétences attendues en amont des évaluations (connaissances, étude, construire un raisonnement, protocole expérimental...)
  • présence du barème sur le sujet
  • pour les évaluations orales, rappel des qualités attendues
Les élèves et les familles ont connaissance des conditions de passation des évaluations par Ecole directe, affichage dans les salles, communication orale avec notification dans l’agenda personnel de l’élève.

Lorsque les résultats d’une évaluation, obtenus par une classe ou un groupe-classe, sont en décalage avec ce qui était attendu, sont possibles a posteriori une évaluation de rattrapage, une modification du barème ou du coefficient, un changement de la note lors du corrigé si participation active, ou reprise par les élèves d'un exercice.

L’harmonisation des notes d’un enseignement, entre les classes ou des groupes analogues peut s’organiser lors des sujets et corrigés communs, de doubles corrections ou échanges de copies entre correcteurs.

Ce projet d’évaluation est révisable chaque année en fonction des retours des différents acteurs de la communauté éducative.

Vie privée et protection des données : accepter les cookies et les conditions générales d'utilisation du site ?

ACCEPTER REFUSER